le sandre, sander luciperca

Pour certains Sander viendrait de l’allemand « der sand » (le sable) car l’espèce, quand ce substrat existe, le choisit pour y installer sa frayère. Pour d’autres il viendrait de l’allemand « der zander » (et non « der sander »), tiré du mot « zahn » (la dent), en référence aux canines très proéminentes ornant l’avant de ses maxillaires.

Les noms de Sander et Zander sont répandus dans le monde germanophone depuis le 16ème siècle, Sander ayant une préférence pour les entrées lexicales jusqu’au 20ème siècle. Seulement dans les années 1930, l’orthographe habituelle avec Z a été déterminée uniformément. 

C’est un intrus depuis un moment:

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Sandre a été introduit en France à la fin du XIXème siècle, à partir d’individus en provenance de Hongrie, pour satisfaire les besoins de la pêche de loisir. La première observation date de 1888 dans le Rhin, et en 1912 l’espèce avait colonisé le bassin de la Marne en utilisant les canaux le reliant au Rhin.  Il a ensuite été signalé en 1915 dans le Doubs, en 1920 dans la Saône et en 1930 dans le delta du Rhône. La maîtrise de sa reproduction et du transport des pontes ont ensuite permis de l’introduire dans l’ensemble du réseau hydrographique continental ainsi qu’en Corse en 1970 (Pascal et al., 2006 ; Keith et al., 2011).

ceci permet d’entrevoir que les instances s’occupent d’abord de vendre des cartes , plus que de respecter les écosystèmes, mais chut…

il est désormais présent France entière

du sexe:

Il est souvent possible de déterminer le sexe d’un sandre : le dos du mâle entre la tête et la nageoire dorsale présente une ligne concave ; chez la femelle, cette ligne est convexe.

on peut, à ce stade, lire ce beau document du Sud :

l’optimum thermique de croissance du sandre est relativement élevé (28-30°C)

comportement:

*c’est un grand voyageur: Les individus vivant dans des habitats d’eau saumâtre migrent en amont (jusqu’à 250 km) pour se reproduire.

* Son gosier étroit l’empêche d’avaler une proie qui dépasse le huitième de son propre poids.

comportement alimentaire:

Les gobies entrent clairement dans le régime alimentaire de nombreuses espèces piscivores. Le gobie à tache noire représente ainsi la principale espèce consommée par le sandre (Sander lucioperca) dans le canal de Kiel (nord de l’Allemagne). Les sandres dont la taille est supérieure à 200 mm se nourrissent massivement de ce gobie, au moins durant les 6 mois les plus chauds de l’année. Depuis l’arrivée du gobie à tache noire dans ce canal, la croissance du sandre est plus rapide et son facteur de condition s’est améliorée (Hempel et al., 2016).

sa chair est d’une grande qualité :

La masse de chair est plus importante chez le mâle, notamment au printemps. La période de reproduction début avril et septembre fait augmenter le taux de lipide chez le mâle.

La couleur très blanche du filet, une peau luisante et bien zébrée sont des indices favorables. Le taux de glaçage compensé est un critère important à l’import.

il se vend cher:

prix de gros

-plus de 30€ le kilo de filet

les recettes sont légion

Sa pêche est un monde sans fin, car, c’est un des poissons les plus malin, notamment car il dispose de capacités physiques hors norme. Cela n’empêche que certains savent aussi le prendre. Certains photographes me semblent de vrais magiciens

Biologie de la reproduction du sandre Sander lucioperca (L.))

Photoreceptors and eyes of pikeperch Sander lucioperca, pike Esox lucius, perch Perca fluviatilis and roach Rutilus rutilus from a clear and a brown lake

Vu sa valeur, c’est un des poissons d’eau douce que les producteurs souhaitent amplifier. Ceci a un énorme avantage , car l’on apprend bien des choses, quand on accepte de lire , exemple

les pécheurs pro ont fait une fiche:

En 2009, il a été pêché près de 27 tonnes de sandres par les pêcheurs professionnels.

Maintenant le mot sandre est un acronyme et pas n’importe lequel :

Le Sandre a pour mission, d’établir et de mettre à disposition le référentiel des données sur l’eau du Système d’Information sur l’Eau (SIE). Ce référentiel, composé de spécifications techniques et de listes de codes libres d’utilisation, décrit les modalités d’échange des données sur l’eau à l’échelle de la France. D’un point de vue informatique, le Sandre garantit l’interopérabilité des systèmes d’information relatifs à l’eau.

c’est mieux que rien , mais le titulaire d’une carte de pêche est informé en France?

vu des remarques, sur le contenu, notamment le fait que ce poisson est un intru :

Une espèce autochtone est définie comme étant présente naturellement dans une aire géographique avec une dispersion indépendante de toute intervention humaine directe ou indirecte, intentionnelle ou involontaire (Copp et al. 2005).

Une espèce locale naturalisée est définie comme étant une espèce non-autochtone qui, suite à une introduction, s’est établie de manière durable dans le milieu sauvage et est présente depuis suffisamment longtemps pour s’incorporer dans les communautés locales. Les populations de cette espèce s’auto-perpétuent de manière indépendante de toute intervention humaine puisque cette espèce est adaptée à son nouvel environnement et est capable de s’y reproduire naturellement.

Dans la suite de ce document, nous regrouperons les deux définitions sous l’appelation « espèces locales »

C’est mieux de le savoir …

Donc, j’ai fait une « erreur », c’est une espèce locale, mais, dans ce cas, la classification des espèces envahissantes, en oeuvre , qui justifie des subventions, est correcte ?

autre remarque , concernant sa gestion dans le fleuve Meuse:

si l’on considère que ce poisson est d’une part un intru et d’autre part que les stocks de brochet, le vrai poisson emblématique de ce fleuve , en qualité et quantité sont en baisse, ne devrait-on pas fixer les règles pour mettre en valeur le brochet . Le sandre serait alors un plus toléré, mais sans plus .

Peut être , pourra -t-on obtenir, un jour, le regard partagé des vrais scientifiques des pays cogérant ce fleuve ?

ce me semble une demande acceptable vu ceci:

d’élaborer des avis ou recommandations pour améliorer la population et la circulation des poissons;

Les publications de cette structure seront un jour accessible ici ?

un exemple du souhaité, mais pour le fleuve Meuse:

amusant quand un français s’exprime en anglais :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.